Tag Archives: voyage

Un vide poche pour la voiture

Coucou l’internet!

Aujourd’hui je reviens avec un petit DIY  couture, pour la voiture. Et ouii! Ce soir c’est les vacances et tu vas peut être te gauffrer un sacré paquet d’heures en voitures avec homme et enfant(s)… Et que, pour ne pas finir le trajet sous tranquillisants, il vaut mieux prévoir tout un tas d’activités pour occuper les loulous.

Mes préférés :

  • livres, livres, livres (on a jamais assez de livres)
  • livres audio (une activité qui ne nécessite aucune personne alphabétisée, le pied). Si possible investie dans un petit baladeur à pile et un casque, comme ça t’es pas obligée d’écouter la même chose que ton enfant : bonheur!
  • musiques pour enfant et autres comptines (et là je te conseille définitivement l’achat d’un casque! J’en ai découvert un super l’autre jour via by Paulette. Je l’ai acheté pour Bébou et je ne regrette pas mon investissement de 19€ et-des-bananes)
  • tableau magique (tu sais… le truc pour dessiner sans mettre du crayon partout sur les sièges de ton auto!)
  • les gommettes (mais attention! il faut en choisir que ton rejeton sera capable de défaire tout seul, sinon c’est la crise assurée :  j’ai testé^^)
  • des petites figurines (que ce soit celle gratos de notre ami ronald, des sylvanian, des playmobil ou tout autre truc type pet shop et compagnie, peut importe tant que ça permet, au moins 5 minutes, d’avoir la paix)
  • en cas d’urgence une tablette ou un portable avec quelques épisodes de tchoupi (ou tout autres personnages de dessin animé pré-school horripilants!)
  • et, à ne surtout pas oublier : tétine et doudou, idéal pour une activité sieste réussie.

Reste le problème de l’approvisionnement de tous ces jouets. Car nous savons bien, ici, qu’un enfant se lasse trèès vite en voiture. C’est là que j’interviens, pour sauver ton cou d’un douloureux torticolis.  Je te propose donc mon DIY de vide poche extra facile que j’ai essayé de « tuoïfier » ci dessous.

Il te faut :

  • 2 carrés de tissus de la taille souhaitée (soit celle du futur vide-poche) genre 20cm x 50cm
  • 3 carrés de tissus de la même largeur que ci-dessus mais moins haute genre 20cm x 10cm
  • 2 carrés, toujours même largeur mais un peu plus haut genre 20cm x 15cm
  • Du fil assorti
  • Une machine à coudre ( mais tu peux aussi coudre à la main, si tu as beaucoup de patience)
  • Un but de bâton, de tuyau ou juste un bout de ficelle.

Comment faire?

Alors… On découpe tout les morceaux nécessaire dans un joli tissus en coton. Le plus facile c’est de découper sur 1cm environ puis de déchirer le tissus (comme ça on est à peu près sûr que c’est droit et c’est plus rapide!)

P1050790

Une fois que c’est fait on repasse chaque morceau de tissus. Et, pour les 5 morceaux les plus petits (ceux qui deviendront les poches) on repli le haut (un des deux côtés de 20cm) sur 0,5cm environ. Puis on passe au fer.

P1050788

Ca doit donner un truc comme ça :

P1050789

Ensuite on passe chacun de ces morceaux ( ceux avec un côté plié), à la machine pour coudre le pli.

P1050792

Une fois que cela est fait on positionne chaque morceau de tissus ainsi ourlé sur un des deux grands morceaux de tissus. On les réparti bien sur toute la longueur et on prend soin de mettre l’endroit sur l’endroit avant de coudre. Ensuite il n’y aura plus qu’à retourner le morceau de tissus pour voir la poche se former. Comme ça :

P1050793

Une fois qu’on a cousu toute les poches, et qu’on les as rabattues pour ne voir que leur côté « endroit ». On place le dernier grand morceau de tissus par dessus. Toujours endroit contre endroit. Et on coud sur presque tout le tour extérieur du tissus. Il faut juste laisser environ 2-3cm non cousu (de chaque côté du haut du vide poche, afin de pouvoir, ensuite, retourner le tout et placer le système d’accroche.

P1050794

Et voilà. Il n’y a plus qu’à glisser un bâton, une ficelle ou autre chose dans les deux interstices laissés et à accrocher le vide poche dans la voiture.

P1050796

Voilà! J’espère que ce tuto te sera utile. Bonne vacances!

Et si ça te plait n’hésite pas à me faire une petite bavouille…^^

img_1101

img_1099

L’épopée des findus

Coucou mon petit internet préféré !

Aujourd’hui j’ai décidé de te raconter une odyssée. Aujourd’hui j’ai décidé de te raconter mon aventure embryonnesque.

Il y a quelque jours l’homme et moi avons entrepris d’aller chercher nos enfants-pas-nés que nous avions eu la bonne idée de laisser en garde prolongée à Lille (je vous en parlais récemment ici). Tout ça dans le but de mettre en route un autre z’enfant… Bah oui on doit être maso, kiffer ne pas dormir, changer des couches, suinter du lait etc.

Sauf que dans mon cas faire un bébé c’est pas tout à fait aussi facile que pour la majorité des gens (à savoir faire l’amour tranquilou et attendre que ça vienne. ndlr). Non! Pour moi faire un enfant ça signifie aller-retour à l’hôpital, piqûres, dédales administratifs et incertitudes…

Et encore ! J’ai eu de la chance ! Bon ok pas complètement sinon j’aurais employé la méthode de fabrication traditionnelle que j’évoque plus haut (et qui me semble être bien plus fun). Mais disons que, dans mon malheur, j’ai eu vachement de pot. Il suffit d’aller faire un tour sur les blogs et les forums parlant de PMA pour s’en rendre compte.

Quand on m’a diagnostiqué mon infertilité sévère et pas sympa (due à mon endométriose… la pioute!) j’ai mis à peine deux ans à fabriquer Pucette… et ses 7 frères et sœurs congelés au stade de 4 petites cellules (il paraît qu’on a fait une belle cohorte… la classe non ?).

On aurait pu croire que, pour la deuxième fois, ça aurait été plus facile… on aurait aussi pu croire au père Noël. Mais non. C’est pas plus simple… Bien au contraire ! D’abord parce qu’il faut aller chercher nos petit findus (nos poissons pas nés congelés. merci Sam pour le jeu de mot^^).

Et c’est ce que je vais vous raconter aujourd’hui (désolé pour la looongue introduction)

Alors voilà. Quand on veut récupérer ses embryons il faut aller les chercher. C’est pas comme quand on a besoin d’un rein… là, on t’envoie pas le récupérer à Bab-el-Oued. Bon… soit, me diras –tu, c’est normal. On veut un enfant, on peut quand même se bouger un peu et se payer un aller-retour à l’autre bout de la France… oui. Mais il faut aussi se transformer en agent de liaison entre l’hôpital qui a les embryons et celui qui les accueille… Ca donne à peu près ça :

« Allo Lille, vous avez eu l’autorisation de Grenoble ? ah non ? Bon bah je les appelle alors ? »

« Allo Grenoble, vous n’avez pas envoyé l’autorisation à Lille. Ahhh il manque un papier. Il faut que j’appelle Lille ? euh… OK ? »

« Allo Lille ? … »

Bref c’est long, c’est chiant.

Mais c’est pas tout. Il faut aussi organiser le voyage en tenant compte de certains facteurs.

  •     L’enfant préexistant, déjà,  qui, à 2 ans, n’est pas encore capable de se garder toute seule (nan mais j’vous jure, on est pas aidé !) et faire 2 jours de voiture avec Poupinette… hors de question ! C’est déjà assez stressant comme ça. Heureusement Malou est là et vient de Paris pour garder Pipounette. Merci Mamaaan (je t’aime !)

 

  •     Les impératifs  des hôpitaux qui ont la bonne idée d’avoir une amplitude horaire de moins de 8h… Oui mais Grenoble-Lille y a 8h de trajet… Aïe ! Problème ! Et ceux de la glacière qui n’a que 48h d’autonomie… ouille ! Ca se complique !

 

  •      Il faut aussi organiser le voyage, où dormir ? Chez les copains, pas chez les copains ? Ce sera à l’hôtel. Autant transformer ces deux jours de voyage forcé en week-end en amoureux. On ira donc aussi dans notre petit resto Lillois (Au goût du jour. je vous le conseille vivement). Celui où nous avions mangé le jour de l’implantation de notre premier bébé FIV. J’ai nommé Bébou. Je ne suis pas superstitieuse mais j’aime penser que ça nous a porté chance !

Bon une fois que le programme est enfin organisé, tout est prêt, y a plus qu’à.

Le jour J, il est 6h45. On entre dans la voiture. Je mets la clef dans le contact. Rien. Plus de batteries. Panique !

Heureusement  20 minutes plus tard le dépanneur-sauveur arrive. On peut partir. Nous n’aurons même pas de retard. Le reste de notre loooong road trip se déroule sans encombre ouf.

Au final nous avons décidé de ne retenir que le positif de ce voyage. Un super resto avec une nuit en amoureux sans réveil à 3h du mat’ et une route extra silencieuse malgré 7 enfants à l’arrière de la Scénic (qui l’eu cru!).

Je profite d’ailleurs de ce post pour lancer un gros BIG UP à l’unité Amandine de l’hôpital Jeanne de Flandre à Lille… Merci de votre gentillesse, de votre écoute. Merci, merci merci !

Maintenant y a plus qu’à faire le grand ménage de printemps à l’intérieur de mon utérus (opération prévue le 2 mars) et qu’à décongeler tout ça dans l’espoir que l’un d’entre eux soit assez fou fort pour s’accrocher et venir grossir les rangs de notre petite famille.

La suite au prochain numéro.