Tag Archives: maladie

De l’intérêt d’être deux

Depuis mardi je suis maladeuh! Ramassée par une GROSSE angine bactérienne qui me laisse fiévreuse et douloureuse.

Hier, alors que j’étais couchée, à l’agonie sur mon lit, v’là t’y pas que je me mets à vomir tripes et boyaux sur le plancher de ma chambre (t’es contente de la savoir, hein! Ah tu mangeais… Désolée!). Vraiment vomir avec une angine c’est l’extase, que du bonheur… Bref. Pendant que je vidais consciencieusement mon estomac du seul élément ingurgité dans la journée (un yaourt à la vanille, si tu veux tout savoir) et de mes antibio, j’ai entendu les petits pas de Bébou qui se dirigeaient vers la chambre. Nonnn! Pitié! Que quelqu’un fasse quelque chose ai-je pensé (je te rappelle que dans l’état actuel des choses j’étais dans l’incapacité de parler)! Je l’imaginai déjà mettre ses mains dans ma flaque afin de faire un « booo dessin, maman »…

Et j’ai été entendue! Chéri-chéri est arrivé et l’a chopée au vol au moment où elle poussait la porte de la chambre. Ouf! Tout doucement je l’ai entendu lui expliquer que sa maman était malade et quelle avait besoin de repos. Ce à quoi elle a renchéri en criant « est malade maman? et romi maman? ». C’est là que je me suis dit :

Les enfant c’est quand même plus facile à deux.

Bon je te rassure je n’ai pas ce genre de pensée que quand je suis dans le mal. Quoique?…J’ai le souvenir d’y avoir beaucoup pensé à la naissance de Bébou… Et on peut pas dire que je pétais le feu.

Je ne dis pas qu’il faut un papa et une maman… Attention! Ce que je dis c’est qu’il faut quelqu’un à qui passer le relais quand la situation l’exige. Tout cela dans le but de préserver la santé mentale et physique de tout le monde.

Où je veux en venir avec ce billet tout décousu? En fait… Moi même je ne le sais pas… Ce doit être la fièvre qui parle.

En tous cas je suis bien contente d’avoir eu Chéri-chéri à mes côtés ses derniers jours. Lui qui a été au petits soins avec moi, m’a apporté des tisanes de thym au miel, m’a regardé avec tendresse et m’a demandé comment j’allais. Lui qui s’est occupé de Bébou non-stop et l’a empêché de venir patauger dans mon vomi. Chéri-chéri je t’aime!

 

 

Paye ton endométriose

Salut l’internet!

Si tu me suis un peu tu sais que je suis atteinte d’une sal…prie de maladie, j’ai nommé l’endométriose.

Je ne suis pas la seule, loin de là, puisqu’on considère qu’une femme sur dix en est atteinte… Eh ouai c’est pas rien ça ma p’tite dame! Et pourtant on ne sait toujours pas comment cette maladie arrive et encore moins comment la faire repartir. C’est dire si la recherche est active sur le sujet. Bref.

Bon… Si tu as des tendances hypocondriaques, je te rassure. On ne meurt pas de l’endométriose. Non. On en souffre juste. Chouette!

Alors… Pour te rassurer (ou pas) voici les symptômes de cette chère endometriosis :

  • Règles douloureuses (on devrait plutôt dire extra-douloureuse… genre à tomber dans les pommes, à vomir, à se vider de partout. La joie quoi!)
  • Des rapports sexuels douloureux (Bonheur!)
  • Des douleurs quand tu urines ou que tu vas à la selle (pas celle du cheval, hein!)
  • Des douleurs pelvienne (autour de la chatte – traduction)
  • Bref, des douleurs merdiques

Mais qu’est ce que ça fait en vrai? Bah en vrai l’endométriose c’est quand ton endomètre a décidé de venir foutre le bordoule dans ton vagin (et autour) au lieu de descendre bien gentiment pendant les règles. Et ça donne ça :

  • Des nodules simples (c’est des petits lésions)
  • Des kystes ( c’est des grosses boules sur tes ovaires alors que c’est même pas Noël)
  • Des adhérences (ça c’est quand tes organes ont décidés de se faire des bisous et qu’ils sont restés collés, comme avec un appareil dentaire… Tu vois)
  • Des nodules compliqués (qui vont se mettre à des endroits pas possible)

Il existe 5 stades pour qualifier une endométriose. Ca va du stade 1 (minime) : pas trop grave, la plupart des femmes ne seraient d’ailleurs jamais diagnostiquées; au stade 5 (extensive) : là c’est la merde! Infertilité sévère, douleurs quotidiennes, chirurgie et touti quanti.

Pour info je suis au « stade 4 avec atteinte sévère et profonde » ce qui entraîne une « infertilité sévère » (elle aussi! Dites-dons, z’êtes pas sympa là!).

Bon tout ça pour dire que c’est vraiment une maladie de M E R D E et que ce serait bien sympa que nos chercheurs se penchent un peu là dessus tu ne croies pas?

Nan parce que je veux pas faire ma parano mais j’imagine bien que si un homme sur dix avaient des douleurs à tomber par terre tous les mois à leur endroit le plus sensible ET que ça les rendait généralement stériles… On aurait lancé la recherche depuis belle lurette !