Un matin comme les autres

Drriiing.

La sonnerie stridente du réveil résonne à mon oreille. Il est 6h. Déjà.

Je caresse un instant l’idée de faire comme si il n’avait pas sonné. Il faut dire que la nuit a encore été courte. Une quinte de toux à 3h, un biberon à 4h, un cauchemars à 5h suivi d’une petite soif 15 minutes plus tard.

J’essaye d’ouvrir un oeil. J’aperçois l’heure projetée au plafond. 6h10, déjà. Il faut que je me bouge. Je glisse dans mes chaussons. Enfile un gilet (C’est qu’il fait pas chaud dans la maison à c’t’heure-là). Et me dirige à pas de loup vers la cuisine.

Un café plus tard j’ouvre le deuxième œil. Il est temps de me mettre en action.

Je me traîne jusqu’à la salle de bain. Le miroir me renvoi l’image chiffonnée d’une trentenaire au bout de sa vie. Le cheveu gras. Je regarde ma montre. Si je me lave les cheveux, je vais être en retard. C’est sûr. En même temps je peux pas rester comme ça, on dirait un vieux lama dépressif.

Merde! Ca fait 5 minutes que je tergiverse comme une gueuse devant le miroir. Maintenant c’est sûr je n’ai plus le temps pour un shampoing. J’empoigne donc machinalement la pomme de douche et entreprend de me mouiller les cheveux. Logique.

Il est déjà 6h50. Mais qu’est ce que je fou??

Il faut que je me grouille! Je dégaine ma boîte de maquillage et entreprend de cacher rapidement la misère. Je béni intérieurement l’inventeur de l’anti-cernes.

J’enfile distraitement les affaires préparées la veille… Mince il y a une tâche morve infantile sur mon pull. Je ne l’avais pas vue. Je me glisse à pas de loup dans la chambre. Téléphone en guise de lampe torche, à la recherche d’un pull propre.

Aïe. Je viens de me prendre le coin de l’étendoir dans le front. L’homme grogne et se retourne dans le lit. Il va vraiment falloir qu’on arrête de prendre notre chambre pour une buanderie! Je fini par accéder à l’armoire. On y voit rien là-dedans. Je prend le premier pull qui vient. Il me boudine un peu.

Tant pis. Ca ira bien.

« Mamaan… Mamaaan »

« Oui chérie?! »

« Lissou elle est réveillée? »

« Non pas encore, tu peux aller la réveiller doucement si tu veux »

J’entend un clic d’interrupteur suivi d’un boum « …. » Je débarque dans la chambre paniquée par le bruit. C’est juste Bébou qui a allumé la lumière en plein dans la tronche de sa sœur avant de grimper sans ménagement dans son lit pour lui, je cite, « faire un câlin ». Il semblerait que la notion de « douceur » soit subjective.

Lissou ne semble pas lui en tenir rigueur et lui fait de grands sourires. Il est déjà 7h10 je dois être partie dans 5 minutes. Il faut encore que je la change, que je l’habille…

Ca va être chaud mais, si il n’y a pas d’imprévu c’est faisable…

L’imprévu arrive sous la forme d’une énorme déflagration en provenance de la couche de Lissou alors que je viens de finir de l’habiller. Bah quoi?! C’est plus agréable dans une couche propre!

Je prie intérieurement pour que ça n’ai pas débordé.

Ouf!… Il semblerait que la couche ait résisté à l’afflux massif de matière fécale.

Sauvée!

5 minutes plus tard je suis enfin devant la porte d’entrée. J’enfile mon manteau et la combi de Lissou qui se met à hurler. J’agrippe Lissou d’un bras, mes 4 sacs de l’autre, en mode sherpa. Ce n’est pas pratique, je sais, mais je n’ai pas encore trouvé comment combiner mon sac à main, mon sac de cours, mon sac de bouffe et le sac de crèche de Lissou en un seul.

C’est le moment que choisi Bébou pour débarquer, en pyjama, un paquet de gâteau à la main « Maman tu me l’ouvres, j’arrive pas »… Argg… Je tente de ravaler mon énervement et éructe un « va demander à ton père » qui aurait pu être plus « bienveillant », tant pis.

Il est 7h20 quand j’arrive enfin devant la voiture. Je cherche mes clefs que j’ai, bien sûr, eu la présence d’esprit de mettre dans une poche de mon manteau du côté où je porte Lissou. Pratique!

Après avoir finalement récupéré lesdites clefs je fourre Lissou, toujours hurlante, dans son siège auto.

Je grimpe en voiture.

Merde, merde et Re-merde! Le pare-brise est gelée… C’est définitif je vais être en retard. Je le gratte le givre en jurant. Si le premier mot de ma fille est « merde » je saurai pourquoi (#MèreEnCarton)…

Enfin on arrive à la crèche. Je dépose mon petit paquet qui a enfin arrêté de pleuré. Une souris verte chanté en mode hystérique dans la voiture aura eu raison de sa mauvaise humeur.

J’ai à peine le temps de lui glisser un bisous que je repars déjà en courant direction la voiture et ma demi-heure de route direction le lycée. Je vais enfin pouvoir souffler un peu…

Et toi? C’est comment chez toi les matins?un matin comme les autres

27 thoughts on “Un matin comme les autres

  1. Quelle course !!! Heureusement je n’en ai qu’un pour le moment^^
    Ici le matin quand le réveil sonne Daddy Olk prend Charlie dans ses bras et il me prépare tous les 2 le petit-déjeuner (je suis une veinarde^^). Depuis qu’on est ensemble il a toujours préparé mon petit-déjeuner et je n’ai plus qu’à glisser les pieds sous la table. Si bien que quand il n’est pas là je ne mange rien. J’avais un peu peur que ça se perde avec l’arrivée de Charlie mais ouf, il n’en ai rien.
    Charlie est dans sa chaise pendant qu’on mange en vitesse après quoi je prends le relais et nous prépare tous les 2 à la vitesse de la lumière. Le plus compliqué est de me maquiller avec lui… J’ai une coiffeuse et il veut à tout prix être sur mes genoux quand je me maquille^^.

    Tout ça risque de changer le jour où la famille s’agrandira alors je profite 😉

    1. Rooo la classe!! Je crois qu’ici, en 10 ans de vie commune ce n’est jamais arrivé (ou peut-être une fois…) Arf! Mon mec n’est pas le roi du romantisme, décidément!^^

  2. Chez nous, ça ressemble pas mal à ça, sauf que j’emmène la grande à l’école avant de déposer le petit chez la nounou. Tous les matins, je me sens aussi « en mode sherpa » avec mon sac à main, le sac à langer, le bébé et le sac d’école quand ma grande ne veut pas le porter…

    1. On s’y fait bien… Puisqu’on a pas le choix. Mais j’avoue que les matins sans stress j’en profite à fond, d’autant plus qu’ils sont rares!

  3. Oh là là! Ici c’est un peu pareil sauf que chéri est levé avant moi et donc on est 2 pour gérer! Moi j’ai la tête dans le pâté le matin, alors les 10mn de réveil faut pas compter sur moi. Mais heureusement les filles sont plus grandes, et ça aide…sauf pour les caprices juste avant l’heure de l’école, ceux là nous foutent systématiquement dedans!

    1. Ici c’est Cheri-chéri qui n’est pas du matin, un vrai zombi! Le pauvre il galère tellement que je le laisse un peu dormir, et après c’est lui qui s’occupe de Bébou et l’emmène à l’école.

  4. J’ai bien rit quand même 😉
    Chez nous les matins sont un peu comme ça aussi ! Mister M. part avant que la Biscotte soit réveillée et jusqu’à 8h je suis tranquille pour me préparer mais après c’est la course. Et surtout il y a des matins où ça veut pas comme aujourd’hui : une Biscotte qui traine sur le pot pendant 10min, mon collant filé à changer juste au moment de partir et en arrivant à la voiture (pleine de givre, évidement…) je me rends compte que le siège auto n’est pas installé ! J’ai mis en vrac mes 5 sacs (moi non plus je n’ai pas trouvé le moyen de tout rassembler en un) dans la voiture pour retourner dans la maison (que j’avais bien entendu fermée à double tour…) chercher le fameux siège que j’ai bien galéré à installer. L’avantage au moins c’est que pendant ce temps le chauffage s’était chargé de dégivrer la voiture 😉

    1. Mais c’est tellement ça!! Et du coup c’est le stress, et du coup, un jour on va faire ulcère ou un burn-out (c’est à la mode le burn-out, plus que l’ulcère du moins…^^)

  5. Ma pucinette faisait popo TOUS les matins 2 minutes avant de partir chez la nounou.. et comme je prenais le bus -train -rebus je ne pouvais pas partir en retard.. donc j’arrivais en mode  » désolée ! » Chez la nounou que ça faisait rire… Keep the faith, un jour, elles de géreront toutes seules, promis !

  6. Réveil à 6h30 : ouvrir les volets , vider le cendrier du poêle , rallumer ce p*****de poêle ( j’aime sa chaleur et l’économie d’énergie qu’on fait mais voilà …. ) déjeuner , douche , ravalement de façade puis je sors les 6 chiens ! Qu’il pleuve , qu’il vente , qu’il neige …. on assume ! Et réveil des 2 loulous à 7h30 pour un départ à 8h15 à l’école …. y a des jours avec , y a des jours sans ! Comme hier ou mon fils de 5 ans attendait avec impatience l’épisode spécial neige de la pat patrouille dont il avait vu la pub la veille …. mais Johnny n’a rien trouvé de mieux que de rendre les armes un mercredi !

  7. Ohlala je m’y vois déjà … je reprends dans un mois (quoi déjà ?!)! Ptit poulet a 2 mois et ma belette 2 ans et demi … Pendant mon congé mat c’est mon mari qui dépose la belette chez sa nounou le matin à 8h et je vais la chercher à 18h, c’est cool. Parfois même je dors le matin et me réveille après leur départ. Uhuhuh. Mais dès janvier, je devrai déposer les 2 le matin (un peu plus tard heureusement, 8h20/30, et au même endroit avant l’école en septembre c’est tjs ça !) et les récupérer tous les 2 à 18h20/30. J’étais déjà en mode sherpa et à la bourre l’été, * cui-cui les oiseaux short sandales et ballerines * alors en plein hiver avec une deuzan fiante qui ne veut pas monter et descendre tte seule du siège auto et un bébé je sens que je serai décédée avant d’arriver au bureau .
    Merci pour ce joli billet !

    1. C’est là que tu te rends compte que finalement le travail c’est presque reposant comparé à ça… profite bien de ton congé, il est bien trop court!

  8. Depuis que j’ai accouché début mai 2017, Je n’ai plus jamais eu besoin de mettre le réveil. Le réveil, c’est mon fils ! Heureusement mon conjoint travaille jamais le matin, du coup je m’occupe de mon fils, un peu de moi (vive le shampoing sec quand t’as Le cheveu gras) si tout va bien je le remets au lit et je pars laissant le papa profiter d’une petite heure de sommeil supplémentaire. Sinon, je le reveille délicatement « Loulou je suis à la bourre !!! Lève toi ! »
    Quand je vois le temps que je mets pour habiller et installer mon fils le soir en sortant de la creche… alors l’amener
    S’occuper de 2 enfants j’ose encore moins imaginer lol

    1. Ici Lissou s’est remise à prendre un biberon la nuit, du coup elle ne se lève plus toute seule le matin autour de six heure… Finalement ce n’est pas très pratique puisque, du coup, je suis parfois réveillé à 4h du matin pour lui donner à manger et j’ai beaucoup de mal à me rendormir.

  9. Arf, je compatis, chez nous, le jeudi, c’est toujours la course aussi : y’a la coupure du mercredi, j’ai sport le soir donc je me couche tard et j’ai un mal de chien a émergé à 7h30 (ouiii, je sais, je ne devrais pas me plaindre, on est privilégié d’habiter et travailler dans un bourg de campagne, ce qui nous permet de nous lever entre 7h30 et 8h pour etre ready à 9h) … c’est fou comme 10/15 minutes ça change tout
    Bon, je te rassure, pour que ça roule le matin, j’ai trouze mille bipeur/minuteur qui rythme le déroulé pour FeuFolet, l’heure de se lever, l’heure de s’habiller, l’heure de mettre les chaussures & manteaux, l’heure de partir (à base de maman qui dit « on va être en retaaaard ») … le pire, c’est que je n’ai QUE l’impératif de l’école

    1. Oh oui le « on va être en retaaaard » est un grand classique du matin…. Mais 7h30 :le rêve ! C’est une grasse matinée de week-end ici! Snif

  10. Mes matins … sont exactement les mêmes ! Bon avec une heure de plus chez nous, je suis une veinarde … mais j’emmène les deux !
    Le coup de la torche téléphone, de la réflexion devant le miroir « je les lave ou pas ?! » (le shampoing sec est ton ami dans ces cas là…) le caca juste quand tu pars et la clé !!! la clééééé !! JAMAIS dans la bonne poche !!
    J’ai bien ri; c’est vraiment du vécu !! Ah et j’oubliais en ce moment, le grand qui tape une crise – mais vraiment genre crise d’hystérie – parce que (rayer la mention inutile) je veux rester en pyjama / je veux pas ce pull / je veux Gluglu / je veux garder mes chaussettes (ça fait 3 jours on va peut etre les changer là quand même ?!!)
    Bref vive les matins dans la joie et la bonne humeur 😉

  11. Ici aussi c’est la course et personne n’ose respirer jusqu’à ce qu’on soit dans la voiture 😉
    6h15 debout. Papa a préparé une partie du petit dej et Nous mangeons tranquille 80% du temps. Sinon les Pilous squattent le canapé. Le petit dej c’est MON moment à MOI !
    Je me prépare et Papa prépare les bib avant de nous laisser complètement livré à nous même ;).
    7h j’habille 3 Pilous sur 4 puis ils petit dejeunent tous ensemble. Pendant ce temps je prépare les boîtes à goûter, le sac pour nounou et ma popote.
    Quand tout roule j’arrive à glisser un lave-vaisselle…
    7h50 le car pour Pilou2 et Pilou3. Je les accompagné, bisous et je rentre.
    7h53 j’habille le 4ème et pendant ce temps Pilou1 met son manteau et charge la voiture avec toutes les affaires.
    8h00 il faut partir.
    Si 7h58 j’ai le temps de lancer une machine à laver…
    8h02 je jette Pilou1 et Pilou4 sur le trottoir qui sont magnifiquement réceptionnés par nounou.
    Petit point rapide sur la journée.
    Plein de bisous.
    8h10 au plus tard je pars pour le lycée. Et j’ai 45 min de route pour souffler ENFIN !
    Bon courage ♡

  12. Ca ressemble pas mal à tes matins, mais avec des enfants plus grands! Et je dois dire aussi que je n’ai aucune mauvaise conscience à réveiller le papa, histoire qu’on soit deux à stresser! Ca me fait penser au sketch de Florence Foresti avec la mère parfaite, et la mère… normale le matin devant l’école!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *