Faire sa part du Colibri #2

Coucou l’internet!

Comme promis je reviens, aujourd’hui avec mes petits trucs de colibri écolo, mais cette fois-ci, après la salle de bain, je m’occupe de la cuisine. Bref, de la bouffe quoi…

Dans ma cuisine :

Finalement la plus grosse partie des choses que l’on consomme sont destinées à être mangée. Et, comme il paraît qu’on est ce que l’on mange, j’ai décidé de m’attaquer, aussi, à la qualité de notre nourriture.

Bon attention, hein, Paris ne s’est pas fait en un jour comme dirait ma mère. Là encore je suis loin d’être exemplaire, mais je tends vers un idéal un peu plus clean. Voilà.

La viande :

Le GROS changement c’est que j’ai arrêté d’acheter ma viande en supermarché. J’ai la chance d’avoir un super boucher de quartier qui élève lui-même ses bêtes dans la région. Sa viande est délicieuse et, comme il n’y a pas d’intérmédiaire, elle n’est pas beaucoup plus chère au kilo qu’en grande surface.  En plus il est super gentil et souriant. Un vrai plaisir. Exit donc le jambon sous vide et le steak en « minerai de viande » (oui, oui c’est comme ça que ça s’appelle. Miam! Ca donne faim, non?). Finalement je m’en sort pour le même prix qu’avant.

chez le boucher la part du colibri cuisine "Je ne suis pas une poule"chez le boucher la part du colibri cuisine "Je ne suis pas une poule"

Les légumes :

Deuxième changement j’essaye d’acheter des légumes bio et de saison dans une petite boutique regroupant des producteurs locaux. Comme pour la viande, ça ne me coûte pas plus cher car il n’y a pas d’intermédiaire, ce sont les maraîchers et agriculteurs qui tiennent le magasin 3 jours par semaine.

Manger mieux "Je ne suis pas une poule"Manger mieux "Je ne suis pas une poule"

Le tout fait :

Pour le reste j’essaye d’acheter moins de produits déjà transformés et plus de produits de base, mais bio. Ce qui, du coup, me coûte plutôt moins cher qu’avant (oui, si je parle beaucoup d’argent… C’est parce que j’en ai pas^^). Un petit exemple : Avant j’achetais de la pâte à tarte toute faite. Maintenant je fais une activité pâtisserie avec Bébou, je fais une très grosse quantité de pâte, et j’en congèle une partie (pour les jours où j’ai pas le temps).

Bon… Ca ne m’empêche pas d’aller chez Picard de temps à autre pour acheter des produits tout fait en cas de frigo désertique ou de flemme incommensurable. Souviens-toi, Picard est mon ami. En revanche je fais un peu plus attentions aux étiquettes et j’évite les additifs alimentaires suspects.

En fait je me suis rendue compte que cela ne me coûtait pas plus cher de bien manger (ah ah! quelle fille de pub!). En revanche, oui, c’est vrai que cela demande plus de temps. Si je peux me le permettre, c’est aussi, et sûrement parce que j’ai des horaires plutôt sympa (#teamprof) et que je ne perds pas 3 heures de ma journée dans les transports (#teamprovinciale). A voir si j’arriverai à tenir la cadence avec 2 enfants (dont un bébé)…

Manger mieux "Je ne suis pas une poule"

Le stockage :

J’ai  viré la plupart de mes tupperwares plastique pour des bocaux et des bacs en verre que j’ai trouvé chez noz pour pas cher, c’est vraiment plus hygiénique, ça tient plus longtemps, et y a pas de produits bizarres qui viennent dans ta bouffe quand tu stocks, congèle, transporte, etc.

stockage en verre la part du colibri cuisine "Je ne suis pas une poule"

Oui parce que j’ai découvert que le truc c’est d’être or-ga-ni-sé (autant te dire qu’avec moi c’est pas gagné) et qu’on peut faire la cuisine en grande quantité et congeler ensuite par portions. Ce qui est très pratique et économique. Je me suis même fait offrir un congélateur coffre pour mes trente ans (les vrais… pas ceux de cette année…).

Pour le stockage des produits secs je t’avais déjà montré mon recyclage de cuisine. Si tu n’as pas vu c’est par ici.

Manger mieux "Je ne suis pas une poule"

Les déchets & le jardin :

Bien sûr je trie, mais je composte aussi! Et ouiii j’habite une petite ville perdue, donc j’ai les moyen d’avoir un petit jardin. Et donc un petit composteur (offert par ma ville). Cette année je vais pouvoir récolter une partie de mes déchet pour mettre dans mon potager.

Car j’ai un petit potager depuis le printemps dernier. Il n’est pas bien grand mais tout de même assez pour faire pousser quelques salades, tomates, fraises et autre courges. Honnêtement je me découvre une passion pour le travail de la terre. Y a rien de plus détendant au monde. En plus, mes (vieux) voisins sont super sympa et on s’échange des plants, des confitures et des tuyaux de jardinage. J’adore!

côté jardin, semis, la part du colibri cuisine "Je ne suis pas une poule"

Voilà!

Reste tout ce qui est ménage et entretient où je ne suis pas franchement au point mais j’y travail. Ca vous dit que je vous en parle la semaine prochaine?

Et toi? C’est quoi tes petits trucs de Colibri pour un mode de vie plus Healthy?

5 thoughts on “Faire sa part du Colibri #2

  1. Je ne suis qu’admiration face à ton frigo hyper bien rangé.
    Et sinon ton boucher il a pas trouvé ça bizarre que tu le prennes en photo? MOUHAHAHA
    Franchement pour les fruits/légumes quand ils sont de saison, ils sont souvent pas chers en magasin Bio, genre les oranges qui sont moins chères dans ma Biocoop qu’à l’hyper du coin.
    Moi aussi j’aime Picard, à un moment avec ma sœur qui était au chômage à l’époque on se disait qu’on allait en ouvrir un dans notre campagne, et puis quelqu’un nous a pris de cours> enflure!

    1. Oui alors….hum… pour le frigo c’est tout récent, hein! J’espère que je vais arriver à le garder dans cet état (mais honnêtement vu mes antécédents c’est pas gagné…). Sinon, t’inquiète pas mon boucher n’a rien vu, je l’ai pris furtivement avec mon téléphone (comme à peu près toutes les photos du blog). Du coup pas de malaise!

  2. C’est plutôt pas mal en cuisine !
    Chez nous, le carré de potager vient d’arriver, faut qu’on se lance (en espérant que fin mars, ce ne soit pas trop tard) et le composteur & récupérateur d’eau attendent toujours qu’on se décide à terrasser le jardin, mais ça, ce sont les finances qui décide …
    Sinon, mon mari m’a offert une très grosse cloche à gâteau (en plastique moche, mais elle fait le job) comme ça, je fais les goûter maison et ça se conserve pour la semaine
    Et je rêve d’un grand congélateur (qui lui attend la réfection de la buanderie … vive les maisons en travaux) pour acheter la viande directement aux producteurs

  3. Chouette tes astuces ! Les producteurs locaux : c’est souvent la clé pour mieux consommer et à un coût raisonnable… On a pas encore trouvé de quoi nous nourrir bio et local depuis le déménagement, mais je ne désespère pas de trouver le temps d’aller au marché le samedi matin dans la ville à côté de chez nous ! (Avec un bébé de quelques semaines, c’est un peu utopique pour le moment… 😉 )

  4. Comme toi nous essayons de privilégier les circuits courts pour ce qui est possible, le bio ou le local ! On fait plus attention à ce que l’on mange et surtout j’espère que ça sera encore plus facile dans notre nouvelle région 😉
    On ne fait pas trop de tout fait mais le régime de ma mère n’y est pas pour rien !!!
    Gros bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *